Revue d’actualité du mois !

A LA UNE : Quand le loisir urbain déploie ses ailes…

Après Amsterdam, Berlin aura aussi son flying theater : This is Germany. Il prendra place au cœur d’un ensemble immobilier mixte nommé Fürst dans le quartier de Kurfürstendamm. Sur place, on y trouvera également un musée, un théâtre ainsi que des bureaux, des commerces et plusieurs offres d’hébergement et de restauration.

L’expérience de vol en elle-même sera comparable à celle de This is Holland. Quarante passagers seront suspendus sur trois niveaux de nacelles dynamiques devant un écran incurvé dont l’immersion sera renforcée par des effets spéciaux (vent, parfums, vibrations,…).

2 300 m² du complexe seront consacrés à cette attraction qui devrait attirer jusqu’à 500 000 visiteurs par an.

Le programme immobilier dans lequel s’integrera This is Germany

City Leisure Group, promoteur de l’attraction entend bien développer son concept dans d’autres villes. Vienne, Gdansk et Singapour son citées. Toutefois, l’an dernier, un projet annoncé à Dublin, This is Ireland, n’est pas encore sorti des cartons ! [via EAP et Dark Ride Database].

Dans le même temps, en France, une expérience de vol au contenu comparable est proposé depuis le 03 septembre dernier via un tout autre media : la réalité virtuelle. En effet, Flyview (Paris, quartier de l’Opéra) propose désormais à ses voyageurs en « jetpack » une découverte des territoires français. Cette nouvelle production est co-elaborée avec le Centre des Monuments Nationaux et Atout France, agence de développement touristique de la France.

Réalisée par le célèbre studio français Backlight, elle propose le survol d’une quinzaine de grands sites et monuments français (dont le Mont Saint Michel, le massif du Mont Blanc ou le village de Cordes sur Ciel). L’expérience de vol est essentiellement guidée mais à certains moments les visiteurs seront libres de leurs mouvements.

Ces deux types d’attractions en simulation de vol sont assez proches dans l’expérience proposée et dans l’ambition de la découverte d’un territoire depuis un site localisé en ville.

Coté prix, c’est aussi assez proche. Fly View affiche 22,50 € pour 22 minutes de vol avec cette nouvelle expérience (contre 19,5€ pour les autres vols). This is Holland propose une heure d’expérience pour 22 € mais le flying theater à lui seul est plus court que ça.

La différence résidera essentiellement dans une question échelle et, dans une moindre mesure, de confort. Un flying theater est plus couteux à développer et il est plus complexe à intégrer dans une construction. Par contre, de par son coté spectaculaire, il va attirer beaucoup plus de visiteurs et ainsi mieux interagir avec son environnement en créant une destination majeure autour de laquelle organiser des flux.

Une attraction en réalité virtuelle est moins contraignante à installer (plus compacte, moins de hauteur sous plafond) mais restera forcément un peu plus discrète et dépendra de canaux de vente performants pour se démarquer auprès des visiteurs.

Retailtainment : renouvellement, nouveauté et création

Tout d’abord, c’est (enfin) l’annonce officielle de la transformation de Vill’Up en Boom Boom Villette (Apsys). Ouvert en 2016 dans le même ensemble que la Cité des Sciences, Vill’Up était conçu comme une destination d’un nouveau genre à mi-chemin entre les loisirs et le shopping. Son élément « signature » étant sans conteste cet incroyable tunnel vertical de chute libre, à la fois expérience et spectacle pour les visiteurs.

Il n’a – de l’aveu même de son développeur – jamais atteint ses objectifs. Mais il a tout de même démontré la pertinence d’un lieu de loisirs à cet emplacement. C’est donc une version 100% expérientiel qui accueillera ses visiteurs à partir de l’été prochain.

Au programme, 25 000 m² organisés comme suit :

  • 21 000 m² de divertissement : le cinéma Pathé et le tunnel iFly du Vill’Up d’origine complétés par une offre en bowling, trampoline, minigolf ainsi qu’une aventure immersive inspirée par un célèbre héros masqué…
  • 4 000 m² de food market
  • Une programmation musicale assurée par Live Nation
  • Un design et une scénographie inspiré par le street art

Si l’on quitte maintenant la capitale, direction B’Est (CODIC), centre commercial de Moselle. B’Est est un lieu emblématique du retailtainment en France avec son complexe de loisirs B’Fun exploité par la foncière même (suite à la reprise de l’enseigne Airtrix initialement ouverte en 2018). Ce centre comportant Bowling, Escalade, Trampoline ou encore Laser Game a annoncé quelques chiffres avec une fréquentation de 200 000 visites sur 12 mois d’ouverture (Juin 2021 – Juin 2022).

Et comme toute offre loisirs se doit d’être renouvelée en accord avec les attentes du public, plusieurs évolutions sont annoncées. B’Fun va remplacer l’escalade par une plaine de jeu pour enfants et installer un mur de jeu interactif NeoXperience. Quelques nouveaux boxes pour anniversaire viendront compléter la transformation.

Direction Bruxelles enfin ou le centre commercial Westland Shopping Center situé à Anderlecht attend son nouveau complexe multi-activité : Brussels Indoor Games Center. Sur 4 500 m², il proposera de la réalité virtuelle, du karting en réalité augmentée, une expérience Prison Island, et des loisirs classiques (Bowling, Laser Game, Kids Park, Arcade et Karaoke). Le tout complété, comme il se doit, par une offre de restauration.


Pour aller plus loin, le dernier Webinaire Voltere / Funfaircity décryptait les dessous de l’hybridation des commerces et des loisirs et annonçait plusieurs nouveaux projets :

« Loisirs inspirants » par Celebrating Life

Chaque mois, les spécialistes loisirs du collectif Celebrating Life partagent leurs impressions et leur analyse à propos d’une petite sélection de nouveaux lieux de loisirs issu de la veille Funfaircity.

Immersive Art Box : l’experience immersive itinérante (par New Art Experiences & Gedeon Media Group)

  • On aime beaucoup le principe d’aller proposer ces nouvelles expériences en dehors des très grandes agglomérations. Dans des petites ville de 30 000 habitants où les offres sont très classiques, ça manque d’offres innovantes et immersives du type de JAM Capsule. Et on sait combien ces nouveaux lieux attirent un public qui n’est pas celui habituel des musées. Si c’est bien anticipé, il peut d’ailleurs y avoir une vraie complémentarité.
  • Cela peut ramener du dynamisme et de l’attractivité en dehors des grands pôles urbains. Attention toutefois aux prix proposés car le pouvoir d’achat n’y est pas le même. L’expérience pourrait même passer les frontières, s’intégrer à la programmation d’un festival et pourquoi pas s’installer occasionnellement dans les centres commerciaux pour y favoriser la culture (exemple de la Micro Folie de Steel à Saint-Etienne).
  • Naturellement, le design doit permettre une exploitation facilitée et une itinérance, sinon la qualité se perdra au fil des déplacements.
  • Une interrogation toutefois : dans certains cas, ne vaut il pas mieux s’installer dans un espace vacant, fréquents dans certaines petites villes plutôt que de générer une nouvelle construction, même éphémère ?

Dig n’ Zone : Le parc d’attraction des travaux publics

Un sentiment très partagé !

  • D’un côté, un concept de jeu de rôle simple doté un réel potentiel de fun. C’est la possibilité pour les enfants de « jouer » au bac à sable avec des vrais engins, dix fois plus gros qu’eux ! Ce potentiel est doublé d’une dimension multi-générationnelle grâce à laquelle les parents/accompagnants et enfants vont s’amuser ensemble.
  • De l’autre, un sentiment que l’activité n’est plus dans l’air du temps. Qu’elle « ludifie » une activité qui n’a pas forcement à l’être du fait de son impact environnemental, notamment en temps de crise énergétique. Malgré une portée claire sur l’edutainment – apprendre en s’amusant – elle pourrait empêcher les enfants de penser l’avenir autrement qu’avec le passé et l’imaginaire des « grands ».
  • Enfin, c’est une communication qui n’est pas très inclusive et qui véhicule encore quelques clichés de genre alors que l’ensemble gagnerait à voir plus de petites filles dans ce rôle de constructeurs.

Appenzeller Park : le multi-activité alpin

  • Un concept réussi car il y a beaucoup de choix dans le type d’activité et une proposition pour une amplitude d’âge importante : de 1 ans à plus de 14 ans sans oublier les adultes. Les enfants et accompagnants peuvent aisément y passer la journée ! Le site est impressionnant avec son offre d’escalade indoor/outdoor et ses toboggans inox. Il interroge sur une éventuelle mise en lumière nocturne.
  • C’est une confirmation que des lieux à cette échelle peuvent aussi trouver leur place en dehors des gros pôles urbains et des espaces commerciaux. Un indicateur intéressant quant au dynamisme du marché suisse.
  • La petite déception viendra certainement du manque de cohésion d’ensemble et d’un storytelling original. Et peut être aussi d’une approche innovante sur les matériaux malgré un bon début sur un jeu en bois. Ce qui est dommage pour un si grand parc avec autant de fun.
Grands toboggans sur fond de murs d’escalade

L’actualité des nouveaux lieux immersifs

Les quelques actualités de l’immersion en France ou aux USA si vous voyagez  :

C’est La Nuit au Musée chez Grévin Paris. Un samedi par mois, le site s’anime à la faveur de l’intervention de plusieurs acteurs. Vous incarnerez le gardien du lieu pour une visite tout à fait inédite.

Quand les statues de cire s’animent… (source : ParisSecret/Fever)

La billetterie est ouverte pour The Friends Experience. Avis aux nostalgiques du Central Perk, la porte de Versailles (un site VIParis) accueillera le mois prochain cet espace très immersif développé sur la base des décors et des accessoires de la série. A la fois un lieu « musée », « coulisses » et « expérience instagramable« , il devrait ravir les fans. Une autre preuve de la puissance des évènements de Fever et du nouveau rôle joué par les Palais des Expositions.

L’Horizon de Keops à l’Institut du Monde Arabe (Paris) c’est fini. L’expérience a vu ses créneaux être rapidement complets à la faveur de nombreux articles de presse très positifs. L’expérience a même compté un visiteur de marque : Emmanuel Macron. Vous n’avez pas pu vous y rendre ? Alors direction Lyon Confluence ou cette découverte immersive en réalité virtuelle sera bientôt proposée.

Outre atlantique, c’est d’abord l’ouverture du nouveau centre d’art immersif de Culturespace : Hall des Lumières en plein Manhattan. Klimt et Hundertwasser sont programmés en exposition inaugurale pour accueillir les premiers visiteurs.

C’est aussi l’annonce d’un second site pour l’expérience surréaliste et fantastique Otherworld. Après l’Ohio, c’est Philadelphie qui verra s’ouvrir cette incroyable installation artistique immersive de plus de 3 000 m² invitant à l’exploration de plus de 40 salles remplies d’art interactif à grande échelle, de terrains de jeux de réalité mixte et de passages secrets.

Otherworld Colombus, portail vers le surréalisme

Radio Londres : IAAPA et autres lieux !

Le mois dernier se tenait à Londres le dernier salon du IAAPA Expo Europe. Impossible pour Funfaircity de s’y rendre cette année mais grâce aux professionnels passionnés présents sur place on peut réussir à en avoir un bon aperçu :

Mais puisque c’est à Londres, profitons en pour regarder quelques lieux et expériences comme seule la capitale anglaise sait nous réserver !

  • Outernet Entertainment District Londres, un étonnant petit quartier de loisirs avec espaces immersifs et évènementiels. On y trouve actuellement une expérience appelée Room to Breathe dans laquelle les visiteurs sont appelés à faire une pause et à se reconnecter avec eux même.
  • We Are Fairgames, le nouveau lieu du competitive socialising à l’anglaise. Cette fois, ce sont les bons vieux jeux de fête foraine qui se voient remettre à la mode. A découvrir dans le quartier d’affaires de Canary Wharf.
We are fairgames : une petite partie ?

  • Babylon Park, le parc d’attraction indoor, intergalactique et – semble t’il – très cher de Camden.

Et enfin, ça y est ! L’ancienne Battersea Power Station a rouvert au public. Pres de quarante ans après sa fermeture et à la suite de dix ans de projet. C’est donc un nouveau lieu hybride, branché (normal pour une ancienne centrale électrique) et haut de gamme qui prend vie sur la rive sud.

On n’y trouve pas le grand huit dont on aurait rêvé mais l’endroit vaudra tout de même le coup d’œil et devrait vite compter dans les « must see » de la capitale !

Ailleurs, dans l’internet des loisirs :

  • Ça vient tout juste d’être annoncé mais la salle de parkour BLAST va ouvrir une seconde salle ! Les travaux sont en cours dans un lieu qui n’a pas encore été révélé.
  • A Nantes, c’est l’annonce malheureuse de l’abandon du projet d’Arbre aux Hérons par la mairie et la métropole de Nantes. Les financement iraient vers un autre projet de Cité de l’Imaginaire. Les porteurs du projets ont exprimés leur déception et gardent tout de même espoir de le voir se réaliser, ailleurs ou via d’autres financements, rappelant les engagements déjà pris par des mécènes et par le grand public. Le public, lui, est partagé entre ceux qui regrettent l’abandon d’un projet unique en son genre et ceux qui estimaient que sa dépense n’étaient pas justifiée.
  • Quand le mini-golf rencontre le football ! C’est le concept : Soccer Fun Golf bientôt proposé par Supa Golf, une société néerlandaise spécialisée dans les équipements de golf.
  • Therme Group vient de sortir une publication gratuite très documentée sur le sauna et son rôle dans la société. Certains lieux sont très intéressants comme certains sauna publics au cœur des villes.
  • SuperSpace VR ouvrira bientôt deux étages d’expériences de réalité virtuelle à Disneytown Shanghai, l’équivalent du Disney Village de Marne la Vallée.
  • Enfin, Franco Dragone, célèbre metteur en scène du Cirque du Soleil et créateur de l’incroyable House of the Dancing Waters à Macau est décédé le 30 septembre dernier. Il avait 69 ans.

Bonne reprise à tous !


Pour ne rien rater des prochaines publications :


Retrouvez tous ces lieux et bien d’autres encore sur LA CARTE !